Les principaux sites de plongées sous-marines de Juan les pins sont essentiellement:La fourmigue (qui veut dire en langage régional « piège pour bateau ») , l'enfer de dante, le sec à Pierre sont situéà à la sortie du port de Golfe Juan. Dans ce secteur, tous les sites de plongée sont composés par de grosses roches ou amas rocheux, très découpés et abruptes qui sont posés sur un lit de sable ou un tapis de posidonies, plante méditerranéenne par excellence. Le sommet de ces roches est souvent peu profond (3 à 6 m) et même légèrement affleurant pour la fourmigue tandis que le fond se situe entre -15 et -40m de profondeur. L’eau y est limpide même par houle importante et la visibilité avoisine les 30m. Selon les conditions climatiques, la couleur apparente de l’eau varie entre le bleu turquoise et le vert léger. La présence de nombreuses gorgones rouge du genre clavitausa, jaunes ou blanches, toutes en parfaite santé, atteste de la bonne qualité de l’eau. En revanche, les gros poissons tels les barracudas, mérous et autres chapons sont plus rares ceci certainement en relation avec une éventuelle surpêche.Dans le secteur du cap d’Antibes, il y a le Maule, le Rascoui et le grand boulevard.Lors de mes plongées j’y ai rencontré quelques mérous juvéniles, quelques homards, de petite taille nageant en surface et, quelques petites murènes et autres petits congres, saupes, sars de tous types, sérans, sérans écritures, tacauds, chapons rascasses porc, apogons imberbis, vieilles et surtout des bancs majestueux de castagnoles, poissons emblématiques de la méditerranée qui dessinaient dans le bleu de la mer des arabesques dignes des films du commandant Cousteau.Sur ces fonds pourtant propices, je n’ai pas rencontré de cigales de mer ni autres crabbes et crustacés.Le coralligène semble en parfaite santé. Il est riche par ses couleurs et par les variétés d’algues oud’animaux qui le compose. J’ai été étonné par la densité de la colonie de Doris Dalmatiens et du petit nombre de nudibranches d’autres espèces (doris géant …) qui habitent en ces lieux.Le tapis de posidonie qui je le rappelle n’est pas une algue mais bien une plante, terrestre il y a plusieurs millions d’années et qui a du par la force des choses s’adapter à la montée des eaux dans le bassin méditerranéen, est en bonne santé. Contrairement à se que l’on aurait pu craindre il y a plusieurs années, ce tapis ne semble pas attaqué par l’algue toxique Caulerpa Taxifolia. Cette algue invasive a été pourtant déversée dans la Méditerranée pas très loin de là, à Monaco. Dans ce bel herbier quelques grosses nacres y ont trouvé refuge.De plus, par 15m de fond, sur le site de la Fourmigue, j’ai été très surpris de rencontrer une sorte de petit village sous-marin initialement conçu en 1960, pour le tournage d’un film qui n’a jamais vu le jour, "L’enfant et la sirène", et par la statue du commandant Le Prieur, inventeur du premier détendeur de plongée qui est installé dans un magnifique tunnel qui traverse un îlot rocheux.



retour page d'accueil plongée juan les pins 2011 juan les pins 2012 Lien vers mon Blog ( http://jean-luc-du54.over-blog.com ) Pour me joindre ( photographie-passion@orange.fr)Juan les pins 2011 (l'article)
 
Chargement des bibliothéques...